Histoire du retord

Histoire du retord :

Retord « Vê R’Tor » en patois local…

Lieu désigné sous ce nom par la population, dans notre parler gallo-romain …

Comme d’habitude le hameau qui s’installa à proximité a pris le nom Vê :

Dans les environs de. Or justement, il y a, près du chemin ancien allant en direction de la Manillère, un endroit connu localement sous l’appellation « Le Baõ de la Gièza » – (Le Bois de l’église) situé à gauche de la route de Laprugne …

De quelle église s’agirait-il ? « La Gièza » en patois est un terme général qui ne tient pas compte de l’importance de l’édifice… En français, on parlait plutôt de chapelle, et même oratoire… Justement « R’Tor » pourrait bien être la contraction en langage courant et patoisé de oratoire …

On remarquera qu’un lieu-dit « La Gièza » existe aussi sur le versant de Ferrières, c’est-à-dire aussi sur le même parcours qui relie les deux versants à travers plusieurs kilomètres de bois- à certaines époques la traversée de ces massifs forestiers isolés ne manquant pas de détrousseurs et de bêtes sauvages pouvait s’aborder avec inquiétude…

Epoque de foi, où l’on était invité à se recommander aux « puissances célestes », la présence d’un oratoire pouvant être réconfortante et encourageante.

Surtout le bâtiment lui-même si petit soit-il –lieu sacré- était un abri sûr, même contre la police du roi, du seigneur local à plus forte raison.

La transcription (difficile) en français du mot local D’jeza a donné : les Dièzes sur Arronnes. Cependant qu’un parcours y aboutissant porte le nom de « Chemin de la Gièza » Quant au nom de Retord, il n’est pas unique non plus. Un lieu isolé à la limite de l’Ain et de la Haute-Savoie s’appelle « Plateau de Retord ».où existe encore une petite chapelle bien entretenue et équipée d’un mobilier en bois naturel.

Robert Gay